Implant ou bridge ?

Implant ou bridge ?

Quel choix faire : implant ou bridge ?

S'il vous manque une dent et que vous souhaitez y remédier, vous avez deux choix devant vous : la réalisation d'un bridge ou la pose d'un implant dentaire. Nous verrons ici les avantages et inconvénients de ces deux techniques de travail.

Bridge 

Le bridge consiste à la taille des dents bordant l'édentement afin de soutenir une supra  structure prophétique. Cette technique de travail permet une restauration rapide puisqu'il ne faudra que 2 séances au cabinet espacées d'une semaine pour réaliser la prothèse. De plus, cette opération propose de bons remboursements avec un reste à charge modéré.

 

Cependant, le bridge est une solution délabrante. La taille des dents support étant un acte invasif et irréversible. De plus, les deux piliers du bridge sont collés par une pièce prothétique de trois dents, ce qui va entraîner deux inconvénients majeurs. D'abord, une surcharge mécanique des dents supportant l'ensemble réduira forcément leur pérennité. Ensuite, une hygiène interdentaire difficile pourra provoquer des abcès bactériens parodontaux à cause de bourrages alimentaires récurrents.

 

Implant

 

Les implants permettront au praticien une restauration biomimétique. En effet, l'implant dentaire étant une racine artificielle, la restauration finale prendra ancrage dans l'os et sera indépendante des autres dents, comme au naturel. Nous pourrons ainsi réaliser une réhabilitation plus esthétique. Aussi, les efforts de mastication seront répartis et le patient pourra passer le fil dentaire afin d'assurer une hygiène interdentaire. Ces deux paramètres, mécanique et bactérien, permettront une meilleure tenue dans le temps de l'ensemble. 

 

Les inconvénients de la restauration implantaire sont : la phase chirurgicale de la mise en place de l'implant pouvant être anxiogène, la durée du traitement plus longue (2à 3 mois, du à l'ostéointégration de l'implant) ainsi qu'un remboursement moindre.

 

Il faut envisager la pose d'un implant dentaire comme une capitalisation au long terme du capital santé.